ÉDITO
SAISON 2019/2020
“HORS NORME(S)”
Tout un été… tout un automne… tout un printemps… tout un hiver… C’est toute une saison que viennent de traverser pour la première fois, dans leurs murs, Les Plateaux Sauvages.

À peine le temps de pendre une crémaillère, que l’équipe allumait Les Lanternes, initiées cet hiver, et qui ont permis d’accompagner de nombreuses compagnies dans la structuration de leurs projets…
À peine le temps de relire un livre de Maryse Condé, après l’émouvante soirée qui inaugurait le premier épisode de La Grande Personne, que nous préparions déjà nos valises de soutien pour les étudiant·e·s de 3e année de l’ESAD qui, sous la direction de Clément Bondu, préparaient leur entrée dans la vie professionnelle au Festival d’Avignon.
À peine le temps de finir d’applaudir les quatorze compagnies de la saison 18/19, que c’est déjà l’effervescence d’une nouvelle année qui anime le lieu. De nouveaux regards, de nouveaux partenaires, de nouvelles aventures et un engagement renouvelé au service de la création professionnelle et de la transmission artistique.
À peine le temps de souhaiter un bel été aux trois cents participant·e·s des ateliers, que nous préparons l’arrivée des nouvelles propositions qui viennent accroître la diversité des pratiques artistiques pour tous les âges.
À peine le temps d’avoir la confirmation de nos intuitions, comme avec la tarification responsable, initiée il y a déjà deux ans et que l’on voit avec bonheur fleurir désormais dans d’autres théâtres, que naît déjà l’envie d’aller plus loin, de repousser plus encore les frontières.
Des projets de transmission artistique transrégionaux et transnationaux se préparent pour cette nouvelle saison et interrogent la circulation des artistes et des publics.

Le temps… le temps… le temps des vies artistiques et humaines semble presque passer trop vite, et dans les conversations, il semble manquer toujours.

On manque de temps pour ses ami·e·s, sa famille…
On manque de temps pour rêver ou s’indigner. On manque de temps pour en perdre.
On manque de temps pour découvrir de nouveaux spectacles, écouter de la musique ou lire un livre…
Un livre, il y en a un justement, là, aux Plateaux Sauvages, qui traîne ouvert sur un fauteuil de la bibliothèque. C’est Lumière d’Août de William Faulkner.
À la page où il est resté ouvert, on peut lire ceci : « il y avait une voie de chemin de fer et une gare qu’un train mixte, une fois par jour, traversait en hurlant. On pouvait faire arrêter ce train au moyen d’un drapeau rouge, mais, le plus souvent, il sortait des collines déboisées avec la soudaineté d’une apparition et, gémissant comme une âme en peine, il traversait ce petit embryon de village comme la perle oubliée d’un collier brisé. »

Les artistes de la saison prochaine sont comme ce train météore qui traverserait le village-Plateaux Sauvages. Ils·elles sont puissant·e·s, hurlant·e·s, décalé·e·s, vivant·e·s.
Ils·elles se sentent parfois seul·e·s mais continuent de poser inlassablement leurs regards sur le monde.
Ils·elles sont une égérie d’Andy Warhol, une assemblée de rêves, une fiction animale, une déesse chamanique, un homme seul dans un kebab, une belle bande, une photographe amoureuse de freaks, une strasbourgeoise en transe, une putain meurtrière, une fantaisie idéale, un super-héros de CM2, de faux·sses représentant·e·s de la diversité, une peintre mexicaine aux yeux ouverts et une meute de louves.

Il y aura aussi des impatient·e·s et des fragmenté·e·s.
Ils·elles sont une soudaine apparition, le temps d’une saison.
Ils·elles sont hors normes et interrogent la norme.
Et ils·elles vous invitent… à partager : l’aboutissement d’un spectacle ou la fragilité des répétitions, les enjeux d’une création à travers un projet de transmission artistique ou à l’occasion d’un échange plus informel au bar du théâtre.

Et si le temps vous manquait pour toutes ces rencontres, venez donc partager notre nouveau chantier : la végétalisation du lieu.
Et qui sait… en découvrant les terrasses habillées d’art urbain, ou après avoir vu éclore les fleurs de houblon dans le patio, vous vous risquerez peut-être à arrêter vous aussi le temps, pour plonger vos mains dans la terre du potager partagé et cultiver avec nous… un beau jardin.

Bienvenu·e·s aux Plateaux Sauvages.

LAËTITIA GUÉDON
Directrice des Plateaux Sauvages
Nous contacter

N'hésitez pas à nous écrire pour plus d'informations ou nous envoyer un mail à : info@lesplateauxsauvages.fr

X