fbpx
BIBLI
LA MAISON ANTOINE VITEZ FÊTE LA TRADUCTION THÉÂTRALE

SAMEDI 8 OCTOBRE 2022 AUX PLATEAUX SAUVAGES
Lectures et rencontres avec les traductrices et les traducteurs de la MAV
Programme d’aides à la traduction 2021/2022

En coproduction avec Les Plateaux Sauvages et le Jeune Théâtre National
Avec les comédien·ne·s du JTN : Majda Abdelmalek, Nabil Berrehil, Amine Boudelaa, Orlène Dabadie, Sébastien Kheroufi, Leah Lapiower, Juliette Maurice et Jordan Rezgui

Une fois par saison, la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale met à l’honneur, dans les locaux des Plateaux Sauvages, le travail de ses traductrices et traducteurs en organisant une journée de lecture d’extraits des pièces lauréates de son programme d’aide ainsi qu’un débat consacré aux spécificités et aux enjeux de la traduction théâtrale.

AU PROGRAMME :

14h00 | ACCUEIL

14h30 | LECTURES (PREMIÈRE PARTIE)

…and breathe normally, de Julio Provencio, traduit de l’espagnol par Adeline Isabel Mignot
Braveheart, de Wael Kadour, traduit de l’arabe (Syrie) par Simon Dubois
Dansent les âmes tombées, d’Aleshea Harris, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Romain Mason
Cabaret russe, de Boris Geyer, Piotr Potiomkine, Evstigneï Mirovitch, Ossip Dymov, Nikolaï Agnivtsev, traduit du russe par Hélène Henry
Sticky Petit Phasme, de Yaron Edelstein et Aharon Levin, traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz
Le Débile, de Malina Przesluga, traduit du polonais par Agnieszka Zgieb

16h30 | RENCONTRE

La MAV a trente ans ; quel bilan, quelles perspectives pour le centre international de la traduction théâtrale ? A l’heure où les scènes françaises, européennes et mondiales se réinventent face aux bouleversements économiques, politiques et climatiques, quelle place pour la traduction et pour la création de textes de théâtres ?

Rencontre animée par Laurent Muhleisen, avec (sous réserve) : Tommy Milliot, Jacques Vincey, Maïa Sandoz, Marianne Segol-Samoy, Laurence Sendrowicz

18h30 | LECTURES (DEUXIÈME PARTIE)

Lumière blanches intermittentes, de Giuliana Kiersz, traduit de l’espagnol (Argentine) par Maud Flank
La Valise vide, de Kaveh Ayreek, traduit du dari (Afghanistan) par Guilda Chahverdi
Le Musée de couleur, de George C. Wolfe, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Raymond Dikoumé
L’Orgue de Barbarie, d’Andreï Platonov, traduit du russe par Alexis Berelowitch
Nuit blanche, de Tatjana Motta, traduit de l’italien par Federica Martucci

20h00 | Dîner et fête