fbpx
ÉDITO
SAISON 2020/2021
“MÉTAMORPHOSE(S)”

La saison passée aura laissé une trace puissante dans les esprits de chacun. De cette saison particulière, nous garderons peut-être le goût de l’impuissance, de la sidération, de la solitude, de la violence et même du deuil. De cette saison hors norme(s) que nous venons de traverser, nous garderons sans doute aussi la force de la résilience, de la solidarité, d’une passion intacte à défendre l’art, du besoin d’être ensemble, de faire corps…

LAËTITIA GUÉDON
Directrice des Plateaux Sauvages

Aux Plateaux Sauvages, lorsque nous nous projetons dans la saison 2020/2021, il y a d’abord : le désir.
De retrouver les publics du quartier et d’ailleurs, les artistes, les technicien·ne·s, les auteurs et autrices, et tous les talents qui font de cette fabrique une maison polymorphe.
Le désir puissant d’accompagner la création, émergente et confirmée et de voir petit·e·s et grand·e·s s’épanouir chaque semaine lors des ateliers de pratique.
Il y a le désir intact et sans cesse renouvelé du partage et de la transmission.

Plus profondément, demeure en nous la nécessité de ne pas oublier ce temps suspendu, confiné, ce temps de chrysalide qui a fait éclore une multitude de réinventions artistiques, de rêves parfois éteints qui, subitement, revêtaient le manteau de la nécessité.

La saison 2020/2021 est donc construite autour de la notion de métamorphose.
Les artistes invité·e·s, aux gestes parfois radicaux, feront état de leurs transformations, de leurs visions plus obliques que frontales du monde et de leur art.
Les Louves plongeront dans l’infini blanc des relations mère-fille et transcenderont les violences de la misogynie.
Paul sera traversé par l’objectif de Diane Arbus et en révèlera un portrait inattendu.
Anne et Rébecca nous inviteront à la fête de leurs odyssées intimes.
Élise et Leslie appelleront Kafka à nous transformer pour de bon, puis Alexandra s’assiéra avec nous sur les rivages de Lampedusa pour un voyage dans nos abysses.
Tünde fera danser Frida Kahlo puis Amine, Gustave et Métie déjoueront les codes de la diversité.

Solal boira nos larmes de rires et d’émotion au son de Michel Berger, tandis que les mots de Marie célèbreront les nouvelles Penthésilé·e·s. Sophie et Hakim chasseront les fantômes au nom de l’amour puis Charles nous fera entrer en transe.
Guillermo nous posera la question de l’autre et Carole fracassera nos idéaux féminins. Le Festival l’Equipé·e fera bouillonner une horde de sorcières contemporaines et Cédric étreindra l’enfant sauvage.
Vanessa et Sephora feront danser leurs maternités puis Claire et Mélanie ouvriront les portes du queer.
Enfin, Elise goûtera la douce amertume des ressources humaines tandis que Vanasay mettra un terme définitif à nos chagrins d’amour.
Et comme chaque année, nous retrouverons une Maison Antoine Vitez polyglotte, de Grandes Personnes généreuses, des Lanternes très éclairées, des Fragments de génie, une Impatience éclatante et une Propulsion vers une jeunesse du 20e des plus créative.

Dans L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera disait : « On ne badine pas avec les métamorphoses. L’amour peut naître d’une seule métamorphose ».

De l’amour, c’est ce que nous proposons cette saison. 

Bon retour aux Plateaux Sauvages !

Nous contacter

N'hésitez pas à nous écrire pour plus d'informations ou nous envoyer un mail à : info@lesplateauxsauvages.fr

X